Un petit siècle épatant
Les aéronautes de l'esprit
Les boutiques de cannelle
Maryse Condé – En tous ses ailleurs


978-2-913764-57-6

20,00 €
×

Maryse Condé – En tous ses ailleurs

Textes réunis et présentés par Françoise Simasotchi-Bronès

Forte d’une œuvre profuse et variée (nouvelles, romans, théâtre, es­sais), mondialement reconnue, traduite en plusieurs langues, lauréate de multiples prix, Maryse Condé est incontestablement une figure majeure des littératures francophones.

Guadeloupéenne, « ex-colonisée, femme, écrivaine », comme elle se définit elle-même, les questions liées à la négritude, à l’antillanité, à la créolité, à la colonisation sont toujours au cœur de son œuvre.

Calquée sur le tourbillon du monde, la spatialité des romans de Condé excède la Caraïbe (où elle est née) pour arpenter tous les espaces de la postcolonialité, des Amériques, à l’Europe et l’Afrique. Au départ, se perçoit un désir de l’auteure d’ex­plorer des différents trajets, lieux et vécus possibles de la négri­tude, relatés le plus souvent mais pas uniquement à l’aune de l’expérience féminine.

Quatrième de couverture

Si les problématiques attachées à la négritude, à l’antillanité, à la créolité, aux conséquences réelles ou fantasmées de la colonisation sont toujours au cœur de son œuvre, Maryse Condé se place régulièrement en décentrement vis-à-vis de l’espace caribéen géographique, historique, politique et discursif d’où elle vient. Son projet littéraire se veut échappée belle, écart mais sans dérobade devant les réalités troubles de la postcolonie que son écriture explore obstinément et qu’elle nous livre, sans tabou ni prêt-à-penser, à travers des récits souvent nourris de ses expériences biographiques.

Soucieuse de révéler les formes de domination rémanentes, quitte à déstabiliser les représentations identitaires rassurantes ou à choquer les certitudes idéologiques vicariantes, M. Condé opte pour une voix et une voie singulières, seules aptes à exprimer la complexité, voire l’ambiguïté de sa situation de Guadeloupéenne. Sa position, assumée, ne se résume pas à un entre-deux stériles, mais, au contraire, la situe dans tous les ailleurs constitutifs d’une spécificité riche de possibles. Les lectures proposées dans ce volume (de SégouLa Vie sans fards) abordent cette œuvre dans son irréductible ouverture.

 

Sont réunies ici les contributions de Darline Alexis, Zineb Ali-Benali, Ferroudja Allouache, Monique Blérald, Georges Bloess, Nicole Blondeau, Kathleen Gyssels, Olga Hél-Bongo, Marie-Christine Rochmann, Nadia Setti, Françoise Simasotchi-Bronès, Françoise Vergès. Un entretien avec Maryse Condé clôt le volume.

Françoise Simasotchi-Bronès – Introduction

I. Itinérances condéennes

Nicole Blondeau — À propos de Ségou

Monique Blérald — Célanire cou-coupé et autres écritures francophones de la Guyane et du bagne

Marie-Christine Rochmann — Migrance et identité : au miroir de l’analepse dans Histoire

de la femme cannibale

Nadia Setti — Le récit généalogique entre traumatismes et réparations

II. De quelques pratiques scripturaires

Ferroudja Allouache — De la place occupée par les œuvres de certains francophones postcoloniaux dans les manuels scolaires français

Zineb Ali-Benali — Écrire sur la trace : la perte et le manque. Quelques figures féminines de subalternité dans les romans de Maryse Condé

Kathleen Gyssels — Du côté de chez Schwarz-Bart

III. Figurations auctoriales mouvantes : La Vie sans fards

Darline AlexisLa Vie sans fards : réception haïtienne

Georges BloessLa Vie sans fards, une écriture de la résilience ?

Olga Hél-Bongo — Énonciation du malaise dans La Vie sans fards

IV. Dialogues avec Maryse Condé

Françoise Vergès — Singulière Maryse Condé

Françoise Simasotchi-Bronès — Entretien avec Maryse Condé : « Écrire d’un lieu travesti »

Notices bio-bibliographiques

Je recherche un livre

Mon panier

Panier vide

Port 0,00 €
Total 0,00 €

Les prix sont TTC

Passer la commande

Newsletter

Voulez-vous être informé de nos parutions ?
(Vous recevrez 4 à 6 courriers par an.)